Retour Accueil
fren
  • 01-stade-foot.jpg
  • 01.jpg
  • 02-Logis-neige.jpg
  • 02.jpg
  • 03-2016-Cagouilles.jpg
  • 05-feuStJean.jpg

Septembre 2017
D L Ma Me J V S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Cliquez dans l’agenda pour l’ouvrir



Panneau d'affichage du rond point des Justices
Nouveau ! Téléchargez l'application CentoLive
La vallée du Miosson et ses zones humides annexes, mais aussi le réseau des mares, composent la trame bleue du territoire nobilien.

La vallée du Miosson
Le Miosson prend sa source à Gizay et se jette 27kilomètres plus loin dans le Clain, en amont de la prise de Saint-Benoît qui alimente en eau potable l'agglomération de Poitiers. 
 
La commune de Nouaillé est celle qui accueille sur son territoire la plus longue portion du cours du Miosson (plus du tiers) et le plus grand nombre de sources qui l'alimentent. Le territoire communal a donc une responsabilité majeure dans la qualité des eaux à l'échelle du bassin versant. D'où l'engagement de la collectivité à limiter l'usage des pesticides au travers de la signature de la charte Terre Saine.
 
Les annexes hydrauliques du Miosson sont à l'origine d'un réseau de zones humides, marais et étangs, mais aussi prairies humides, qui s'avère primordial au plan environnemental. Ses rives inondables et fertiles sont aussi importantes en terme d'usages. Au creux de la vallée se nichent en effet une myriade de jardins-potagers, ou encore des espaces de promenade comme le gué de l'Omme.

Les zones humides
Les zones humides se définissent par des terrains inondés de façon permanente ou temporaire et constituent un patrimoine d'intérêt écologique majeur, tant du fait de leur valeur qu'en raison de leur raréfaction.
 
Ces espaces naturels procurent tout d'abord de précieux services :
- ils jouent le rôle de zones-tampons en absorbant l'excès d'eau en saison pluvieuse pour la restituer en période de sécheresse, et participent du même coup à l'amélioration de la qualité des eaux en filtrant les polluants comme des stations d'épuration naturelles ;
- ils constituent en outre des milieux luxuriants, riches et vivants, qui abritent de nombreuses espèces animales et végétales.
Mais en équilibre fragile entre l'eau et la terre, ces milieux patrimoniaux subissent différentes menaces, à l'origine de leur forte régression au cours du siècle dernier :
- les risques de comblement pour leur valorisation immobilière ;
- les risques de drainage pour leur exploitation agricole ;
- les risques de mise en eau permanente pour le développement des loisirs aquatiques ;
- les risques de plantation en peupleraies qui perturbent le milieu en l'asséchant fortement.
Réseau d'annexes hydrauliques liées au passage de la vallée du Miosson, les zones humides sont remarquablement présentes sur le territoire communal.
 
L'Île aux Demoiselles apparaît comme un petit îlot enclavé au centre du bourg, entre la route des Roches et la route de Nieuil : récemment aménagé pour l'accueil du public, cet espace a vocation à constituer le maillon central d'une liaison verte piétonne à travers la commune au fil du Miosson. On relève en outre sur le site la présence d'une espèce emblématique hautement protégée au niveau national : avec le retour des beaux jours, on peut ainsi apercevoir l'Agrion de Mercure, libellule bleue barrée de noir, voleter entre eau et végétation.
Site entouré d'eau, la zone humide du centre-bourg a ainsi été baptisée l'Île aux Demoiselles, en hommage à ses anciennes propriétaires, les sœurs CHAMPION, comme à ses nouvelles habitantes, ces délicates libellules aux couleurs variées selon les espèces.
L'étang de Villeneuve, marais de plus grande taille, est quant à lui une propriété privée, et par conséquent inaccessible au public. Avec son vaste miroir d'eau, ses massifs de végétation aquatique et ses coteaux sablonneux plus secs, le site présente cependant un fort potentiel pour l'accueil de la Cistude d'Europe, une espèce rare de tortue aquatique.
 
Le réseau des mares
L'ensemble des mares qui constellent le territoire portent le témoignage de son histoire :
- il s'agit généralement d'anciens points d'eau qui servait tout autant d'abreuvoirs pour le bétail que de réservoirs pour la population ;
- mais à Nouaillé en particulier, ces excavations sont étroitement liées à l'exploitation de l'argile des sols par poches, les mini-carrières à ciel ouvert laissées par l'extraction du matériau se remplissant naturellement d'eau par la suite.
 
Ces petits plans d'eau apparaissent comme d'importants refuges de biodiversité : les mares se trouvent notamment fréquentées aussi bien par les tritons et salamandres que par les grenouilles et crapauds, et comme toutes ces espèces sont protégées sans exception, les milieux qui les abritent le sont aussi par conséquent !
 
Chaque trou d'eau temporaire, comme cette mare forestière, accueille une biodiversité importante en début de saison : la moindre ornière remplie d'eau constitue un véritable oasis de vie aquatique.
Aux côtés des zones humides et de la vallée du Miosson, les mares viennent compléter la diversité des milieux aquatiques présents sur le territoire : cette configuration permet à la commune d'accueillir une très large gamme d'espèces aquatiques, des batraciens aux libellules pour les plus connues, en passant par toute une vie sous-marine et végétale pour les plus discrètes...
 
Le cadre boisé du territoire apporte aux milieux aquatiques une fonctionnalité supplémentaire pour la faune : comme leur nom l'indique, les amphibiens ont des exigences... amphibies : ils vivent en sous-bois, mais ont besoin de plans d'eau à proximité directe pour assurer leur phase de reproduction.
 
Il est intéressant d'étudier la façon dont les différentes mares présentes sur le territoire sont connectées entre elles : certains amphibiens ont en effet un rayon de déplacement maximal autour de leur plan d'eau, que peuvent franchir par exemple les femelles guidées par le chant des mâles (celui de la Rainette verte, dotée de puissants sacs vocaux, s'entend sans problème à plusieurs kilomètres de distance en période de reproduction).
Mairie
34, rue de l'Abbaye
86340 Nouaillé-Maupertuis
Tél : 05 49 55 16 16
Fax : 05 49 55 97 90
Horaires d'ouverture
Lundi 10h00 12h00 et 13h00 18h00
Mardi 08h00 12h00
Mercredi 08h00 12h00 et 14h00 18h00
Jeudi 08h00 12h00 et 14h00 17h00
Vendredi 08h00 16h00 journée continue
Samedi matin permanence des élus 10h à 12h